mardi 6 janvier 2015

Le "Minesweeper Collective"

(mardi 6 janvier 2015)

Ce soir réunion dans un vieux pub squatté de Deptford (Londres) pour développer une branche "Art & Craft" du Minesweeper Collective...

Le Minesweeper est un ancien bateau en bois (puisqu'il s'agit d'un démineur) de la Royal Navy construit en 1954, devenu lieu d'accueil d'événements à partir de 1998 à Greenwich (Londres). Après qu'un feu l'eut ravagé en 2008, un collectif commença à le reconstruire pour y accueillir, en plus d'événements culturels (surtout musicaux), des artistes en résidence et un atelier de sérigraphie.


C'est dans ce cadre, et grâce aux membres d'un autre atelier de sérigraphie, Le Cagibi à Lille (que j'ai rejoint en septembre), que je passai quelques semaines sur le Minesweeper, invité par Kevin Seven, Camdem McDonald, Niccolo Bruni & Andrew The Terror, pour fabriquer des livres DIY («do it yourself » ou « fais-le toi-même »), c'est-à-dire imprimés selon le procédé de la sérigraphie, pliés, montés, reliés à la main.
Nous avons réalisé en quelques jours, avec Kevin et deux artistes Italiens, Illustre Feccia et Freddy Roccia, un petit livre pour Halloween : Sweet Nightmares.
Puis nous nous sommes concentrés sur un livre ambitieux, mélangeant textes et dessins, qui a réuni en plus d'une vingtaine d'artistes de différentes nationalités, un nombre important de gens qui voulaient participer au projet ou nous aider à le concrétiser, comme par exemple les employés du Birds net (où se trouve la galerie du Minesweeper), les artistes du Centre d'Art de Wembley où nous avons imprimé le livre, Clara Moon et Émilie Huitric qui ont relu les textes, la foule des amis, les familles de tout le monde, ou même juste des curieux qui nous encourageaient...
Ce livre a un titre qui renvoie non seulement à son fond mais aussi à sa forme : Dédale.
Il a été aussi le prétexte ou l'occasion de mener à bien une réflexion couvée depuis longtemps sur le livre et que j'essaie actuellement de diffuser par un média plus important que ceux que j'emploie actuellement.

Cette aventure londonienne a été si épanouissante, les amitiés qui se sont nouées ont été si vives, la création si fraîche qu'il a été assez rapidement question de poursuivre notre collaboration sur le long terme.
Un deuxième projet a été lancé, associant le Minesweeper, le Cagibi, et Littérature, etc. (association qui organise chaque année un festival littéraire) sur le thème de l'érotisme, regroupant toujours textes et dessins.

La volonté commune de vivre sans subventions et donc le plus possible avec nos « fabrications » (qui peuvent être de toutes sortes, nous y reviendrons...) nous réunit par le principe même d'une pratique du quotidien : expérimentations (techniques, savoir-faire, idées, etc) et volonté (qu'on pourra juger naïve, elle l'est et ce n'est pas grave) de s'inscrire dans un agencement urbain (social et économique donc) au-delà des mots et des bonnes volontés.
C'est ce que nous voulions avec Solstices project, c'est ce que réalisent depuis des années les membres du Minesweeper.

Mais en tant que membre tout récent du Cagibi, je ne pouvais ni me prévaloir évidemment de l'ensemble de ses membres, ni même avoir d'emblée tout à fait conscience des réticences de beaucoup d'entre eux sur plusieurs points, notamment l'aspect commercial qui est bel et bien présent (et fondamental) même s'il est secondaire. Par exemple, vendre le livre sur l'érotisme (ou n'importe quel autre livre du Cagibi sur n'importe quel site) sur le site des éditions Solstices est exclu. Une mise en avant trop importante de nos créations est exclue. Faire de l'argent (en dehors de quelques ventes symboliques) est exclu.
Cette intransigeance nous plaît plus que tout, mais elle ne nous permettra pas de vivre pour l'instant.

Pour les mêmes raisons, Kevin nous invite à nous joindre au collectif du Minesweeper, afin de développer la branche « art & craft » (notamment autour de la sérigraphie et de l'édition).
Ce soir nous poserons les fondements de cette entreprise que j'exposerai, au fur et à mesure (faits, réussites, défaites), sur ce blog.